Japan Expo 2016 : hot dogs & contrefaçons

Dernière mise à jour le 06/07/2016 à 23 h 50, Version 1.5 de la feuille de calcul en ligne : 8 boutiques sont passées du statut « À chercher » à « Danger ».

 

1436421223461

Sculpture réalisée par three

 

Difficile de dire du mal de Japan Expo quand on sait que c’est la plus grosse convention de l’année en France (et soi-disant en Europe) dédiée à la culture japonaise. Les jeunes ont tellement hâte qu’ils ont leur free hugs qui palpitent tandis que les plus âgés (on est vieux à la JE à partir de 25 ans, c’est vrai regardez les JT) se la racontent sur leurs réseaux sociaux favoris en disant : « Hunf hunf JE c’est trop commercial voyons moi je vais à Epitanimeoù on est tellement plus cool et intelligents ! »

Je me suis rendue plusieurs fois à Japan Expo en tant que visiteur lambda et mon degré de weeabooisme a beaucoup évolué depuis ma première visite. Cela signifie qu’aujourd’hui je regarde Japan Expo d’un œil un peu différent : il est loin le temps où tout pétillait dans mes yeux, maintenant je vois très clairement le côté « diabolique » de tous ces stands en carton.

La contrefaçon est en effet un problème bien connu par certaines catégories de visiteurs (malheureusement, elles ne correspondent pas à la majorité). Beaucoup de stands profitent de la crédulité des très nombreux visiteurs pour vendre (parfois à des prix très élevés !) des produits sous licence sans avoir l’autorisation de leurs ayant-droits. Regardez cinq secondes votre peluche Totoro ou Hatsune Miku achetée à 20 euros sur un stand italien de 2012. Non, son œil de traviole et ses couleurs fluorescentes ne sont pas des « défauts de fabrication ». On vous a juste tout simplement arnaqué.

 

1458567508580

Japan Expo quand il fait chaud

 

Il y a beaucoup de questions auxquelles je ne répondrais pas ici, du type « Pourquoi la contrefaçon c’est pas bien ? », « La convention est-elle responsable ? », « Comment je fais pour jamais me faire avoir ? » car je vais vous demander de rester calme et de me faire confiance le temps de cet article et de toute votre escapade à Japan Expo. Je vais vous révéler un secret : je sais quels stands vont vendre de la contrefaçon. Ou presque. En tout cas, j’ai des pronostics plus ou moins fiables et je suis prête à les partager avec vous. Vous connaissez sûrement déjà une certaine carte d’un certain animal ? Depuis l’année dernière nous avons décidé de travailler ensemble pour contrer tous ces objets trop chinois pour nous ! Et j’avais donc (de façon assez discrète finalement) fourni à Raton une liste d’une soixantaine de stands en indiquant s’ils étaient de confiance ou non. Grâce à mon expertise (lol) en figurines, je crois avoir « touché juste ». Seulement, en ayant finalement analysé « que » ~60 stands, j’avais été déçue de ne pas en avoir fait plus.

Voici donc comment cela s’est déroulé cette année :

1- Japan Expo publie la liste des stands/exposants sur leur site en indiquant leur emplacement (+hall), nom, site web et attribue une catégorie à chacun d’entre eux (relativement vague : « Professionnel », « Anime », « Boutique »…).

2- Je copie-colle TOUS les noms de stands dans un magnifique fichier texte.

3- Je commence à créer un fichier type feuille de calcul et je mets toutes les infos indiquées plus haut avec une magnifique option de tri.

4- Je trie chaque stand selon des catégories précises (Boutique française ou espagnole ? Entreprise générale ou éditeur ?).

5Je fais des recherches intenses afin de déterminer le taux de dangerosité de chacun des stands. Cela passe par une simple recherche de leur nom à une navigation poussée de leur site (si celui-ci est indiqué…), photos gênantes, bouche-à-oreille etc.

6- Tada ! C’est prêt !

En gros je vous ai concocté une INCROYABLE feuille de calcul qui contient des informations pour tous les 633 stands présents à Japan Expo ! Bien sûr, cela ne s’est pas fait en 2 jours vous imaginez bien…

Vous trouverez donc dans l’ordre ces informations (avec des options de tri pour chacune) :

– ID (nombre attribué à un stand par moi-même)

– Hall

– Emplacement

– Nom

– Info (site web)

– Type

– Produits en vente

– Taux de dangerosité

 

La voici en plusieurs formats :

Version 1.5

Télécharger en .ods (compatible avec LibreOffice)

Télécharger en .xls (compatible avec Excel/autre)

Télécharger en .html (compatible avec les navigateurs internet) (Attention, sans option de tri !)

 

Pour télécharger, regardez en haut à droite vous devriez avoir un bouton. Bien sûr, je peux faire des formats sur demande si vous en avez besoin. N’hésitez pas à partager les fichiers et si possible en précisant la source : beaucoup d’infos dans cet article sont nécessaires pour bien profiter ! Si vous ne savez pas quelle version télécharger, cela dépend tout simplement de vos besoins : vous souhaitez bidouiller un peu, faire joujou avec les options de tri sur votre ordinateur ? Télécharger la version xls ou ods. Vous voulez une version facile à transporter et simplifiée (exemple : à enregistrer sur votre téléphone ou à partager sur internet) ? Prenez la version html ! Elle est aussi parfaite à imprimer directement pour vous balader avec à la JE, merveilleux non ?

 

equipmentbag-img316x600-1385295559ctjsq730313

Vendre des customs de fig est une forme de contrefaçon

 

Comment utiliser et comprendre la feuille de calcul ? Quelques informations indispensables pour décrypter tout ça.

– Les sites web avec un fond jaune ont été rajoutés par mes soins, cela signifie qu’ils n’étaient PAS sur le site de Japan Expo. Ainsi, il y a des chances qu’ils ne correspondent pas vraiment au stand et que ce soit un truc qui n’a rien à voir ! Attention à ne pas bêtement associer le nom et le site.

– Le taux de dangerosité fait référence à la présence (ou non) de contrefaçons sur le stand. Pour des raisons qui seront expliquées plus bas, les stands affublés « Amateur » ne sont pas concernés ainsi que les stands qui (à priori) n’ont rien à vendre.

Ainsi, « Danger » = contrefaçon sur le stand et « Pas danger » = pas de contrefaçon sur le stand. À PRIORI HEIN. JE NE SUIS PAS DIEU ET JE NE SUIS PAS VOYANTE.

À chercher signifie que le doute plane et qu’il y a un trop grand manque d’information pour se prononcer. Bien sûr, je vous invite à faire vos propres recherches et à m’indiquer si vous trouvez des informations sur les stands manquants ! Travaillons tous ensemble si vous le voulez bien.

Le 2e onglet, « Tables du pilote », permet de facilement sélectionner un certain type de stand ainsi que sa dangerosité. Cliquez sur les menus déroulants et vous pouvez ainsi avoir accès aux stands marqués « Danger » qui sont, par exemple, également des « Boutiques FR ».

Si vous aimez les statistiques, je vous en ai préparées quelques-unes. Celles-ci vous permettent de vous faire une idée sur ce qui se trouve VRAIMENT à JE.

Ainsi, sur 633 stands annoncés :

296 sont des stands « Amateur » ou « Jeune créateur », soit 47 %.

– 44 sont des stands « purs japonais », c’est-à-dire qu’ils représentent des entreprises japonaises qui n’ont pas de filiale en France (à priori), soit 7 %.

– 196 sont des boutiques professionnelles, c’est-à-dire que l’achat à la chaîne est privilégié, soit 31 %.

35 sont dédiés uniquement à la nourriture, soit 6 %.

60 ont leur taux de dangerosité « à chercher », soit 9 %. 52 sont dangereux, soit 8 %. 194 sont sans danger, soit 31 %. Le reste des stands n’ont pas de taux de dangerosité indiqué.

 

Sur 196 boutiques :

diagramme_boutique

42 sont « à chercher », soit 22 %.

53 sont marquées « danger », soit 26 %.

– 101 sont marquées « sans danger », soit 52 %.

 
Dans le pire des cas, on aurait donc presque la moitié (!) des boutiques qui seraient dangereuses. En effet, je vous invite à être particulièrement vigilant vis-à-vis des boutiques notées « à chercher » ! Elles ne partagent aucune de leurs informations à la JE (pas de site web…) et changent de nom chaque année ce qui fait qu’il est très difficile d’identifier ces stands qui ont l’impression de sortir de nul part.

L’anecdote qui sert à rien : aucun stand ne commence par la lettre Q.

J’ai décidé de rejoindre les stands « jeune créateur » à ceux « amateur », pourquoi ?

Déjà il faut connaître la différence entre ces deux catégories aux yeux de Japan Expo : eh bien il y en a pas tellement justement… Les deux doivent vendre des produits qui leur sont propres et qu’ils ont créés eux-mêmes. Ça ne doit également pas être leur activité professionnelle. La grosse différence est que les stands jeunes créateurs peuvent vendre des produits au-dessus du prix de 12 euros contrairement aux stands amateurs. Donc voilà c’est tout… Ce n’est qu’une question de prix maximum de vente possible, autrement ils sont tous les deux censés ne pas profiter lucrativement de la situation bla bla bla…

Disclaimer : le taux de dangerosité n’est PAS fiable à 100 % ! Restez vigilants car on ne peut pas savoir à l’avance ce que va vendre un stand à moins d’avoir un contact très rapproché avec son propriétaire ! Ce ne sont donc que des pronostics qui peuvent cependant vous mettre en garde.

Bon, il est temps maintenant que je vous explique le but et le pourquoi de cette feuille de calcul.

 

[Bunny_Hat]Macross_21_(756D55FF).mkv_snapshot_12.17_[2014.02.09_01.08.52]

Japan Expo et les mecs relous

 

Non je ne l’ai pas faite juste pour faire plaisir aux 4 clampins qui vont vraiment l’utiliser. Le but, c’est de donner une direction fiable et objective à une organisation compétente (spoiler : la douane) pour qu’elle puisse faire le ménage à la JE. Ainsi, ce qui les intéresse c’est les stands pros dangereux en priorité. C’est pour cela que je n’ai pas indiqué de taux de dangerosité pour les stands amateurs. En effet, déjà ça m’aurait pris 40000 ans de vérifier les deviantart de SeXyFuRRyFanzinedu44 mais en plus ils ont BEAUCOUP moins d’impact que les stands pros qui font de la contrefaçon leur activité professionnelle. En plus, difficile de faire le ménage parmi les amateurs car ils ont l’autorisation de la JE pour vendre du fan art (ils leur disent littéralement que c’est ok tant que c’est pas la majorité du stand, big lol).

Bien sûr, il faut savoir que vendre du fan art qui ne correspond pas expressément à de la parodie revient à vendre de la contrefaçon !!!! C’est pas bien !! Sauf que la JE tolère de façon explicite. Or, la JE ne soutient pas la contrefaçon chez les stands pros et la douane en veut beaucoup plus à ceux qui niquent le système de façon pro donc je m’intéresse à ça en premier. Ensuite éventuellement on apprendra aux furries que les parodies, c’est le bien. Mais pour l’instant ce qui intéresse le peuple ET la police c’est les stands pros. PROS. TOUS LES STANDS PROS. Même s’ils vendent UN truc contrefait ça ruine totalement la confiance entre le visiteur et le proprio du stand ! Ce n’est pas normal de mélanger des trucs okay et des trucs pas bien quand on est pros car ils sont totalement conscients de ce qu’ils font. Donc je suis sans pitié sans les pros, c’est comme ça et pas autrement ! Être amateur et être pro ce n’est pas du tout la même chose. Les amateurs promettent à la JE de ne pas faire de bénéfices, leur activité n’est pas lucrative contrairement à celles des pros. Mais je pense que vous étiez au courant de cela.

En gros, les amateurs c’est pas cool ce qu’ils font des fois, et au lieu de vous prévenir dans la feuille de calcul (car c’est long et difficile), je vous préviens ici. Mais la parodie, le truc humoristique qui caricature à mort (tellement qu’on reconnaît plus l’original, et oui !) ça c’est OUI on est OK et on peut même le vendre. Voilà !

Je vous fait un tuto concernant ce qui est ok niveau « parodie ».

BIEN

PAS BIEN

En gros, faire un dessin de Link et le foutre sur un t-shirt c’est de la contrefaçon. Faire un dessin de Link avec une perruque rose et qui tient une fleur et qui dit « jador le punk et les meufs » ça va.

Bref.

C’est compliqué.

 

Cet article sera mis à jour très bientôt et cela sera indiqué sur les réseaux sociaux (Twitter @Ny_Nady) avec des informations plus importantes et surtout plus fiables. Je vais notamment me rendre à Japan Expo le jeudi 7 juillet de l’année 2016 et vérifier la fiabilité de TOUS les stands (sauf les stands amateurs) afin d’établir une liste noire et une liste blanche qui serviront l’année prochaine. Et cela permettra aussi à ceux qui se rendront à la JE après jeudi d’avoir une feuille de calcul totalement fiable ! Donc attendez la version 2.0 avec impatience ! En attendant, contactez-moi si vous avez des questions ou si vous avez des révélations à me faire !

Bien sûr, Raton-Laveur a fait une version plus « graphique » de ma feuille de calcul avec sa fameuse carte. Elle est un peu plus rigolote et subjective, et elle sera aussi mise à jour donc jetez-y un œil.

 

emo

Mon avis sur les free hugs

Publicités

12 Commentaires

Classé dans Divers Trucs

12 réponses à “Japan Expo 2016 : hot dogs & contrefaçons

  1. Bonjour, je voulais savoir pourquoi Follow The White Rabbit est indiqué comme dangereux.
    Il s’agit d’une créatrice qui fait tout elle-même, y compris tous ses imprimés. Elle utilise juste quelques cabochons genre Sanrio, c’est pour ça?
    C’est dommage pour elle car elle fait un boulot monstre….

    De même Poudre de Bulle est sans danger, elle importe des cosmétique coréens et des friandises japonaises. J’ai un peu discuté avec elle l’an dernier, elle m’a dit qu’elle rapportait ses goodies du Japon. A vérifier.

    • Je discute par mail avec la gérante de Follow The White Rabbit donc je mettrai à jour le taux de dangerosité si en effet il y a eu une erreur. C’est l’utilisation de certains personnages de la marque Disney qui me posait problème. Je tiens à encourager la création 100% originale pour les professionnels et même s’il y a un grand travail derrière, cela ne change en rien à l’illégalité du produit dérivé obtenu…

      Poudre de Bulle est une boutique qui distribue des goodies Totoro sans mentionner ni de marque, ni de provenance. Si quelqu’un a la preuve que ce sont bien des produits légitimes alors pourquoi pas, mais pour l’instant je reste persuadée que ce sont des contrefaçons.

      • merci pour la vérification ^^
        Je suis entièrement d’accord, toute image utilisée sans autorisation est considérée comme contrefaçon.

        Le souci que les créateurs et fanzines rencontrent c’est que l’intéret pour les créations originales est très limité, ce qui ne permet en général pas de couvrir les frais de création et du stand. C’est pourquoi la plupart des stands dessin/fanzine font beaucoup de fanart, et beaucoup de créateurs utilisent des éléments copyrightés (Disney, Sanrio etc).
        Je fais partie d’un fanzine et nous avions comme credo de ne jamais faire de fanart, que de l’original. Sauf pour les dessins à la demande. On ne peut plus continuer comme ça. On remanie tout en intégrant des fanarts et je suppose que nos originaux se vendront beaucoup moins :/
        Il ne s’agit pas d’une excuse mais d’une explication. En partie.

        Quant à Poudre de Bulle, je ne sais pas, c’est juste une conversations comme ça, comme je le précisais.

        • Je comprends ce souci qu’ont les amateurs et je comptais justement aborder cela dans mon article (je vais le mettre à jour d’ici demain je pense). C’est aussi pour cela que je ne « pénalise » pas les amateurs en les mettant en rouge, je préfère me concentrer sur les pros qui devraient se sentir beaucoup plus responsables de leurs produits.

  2. Aleks

    Bonjour,
    Je comprends tout à fait le but de cet article,
    Malheureusement je trouve cela un peu dur pour certains éléments.
    Pour la marque « Follow the white rabbit » je pense que tu devrais aller faire un tour sur un de ces stands, tu verrais que le travail réalisé est énorme. Elle dessine elle même ses bannières, cartes de visites, flyers, et bien sur tous les imprimés de ses robes, jupes etc. Pour les bijoux j’ai dû voir passer à peine 2-3 licences. Je ne comprends donc pas qu’elle soit dans la catégorie « Danger ».
    Je pense que c’est arrivé à tout le monde dans le monde de la création d’utiliser un peu de licence à un moment car les clients demandent des créations uniques avec des personnages particuliers qu’ils adorent… Ca n’excuse rien mais voilà ce n’est pas le maître mot de cette boutique en tout cas j’en suis témoin.

    Enfin je pense que ce fichier serait bien plus pertinent après un tour sur chaque stand mentionné… Voir une discussion avec chaque vendeur avant de leur planter un couteau dans le dos… Même si je le répète, pour certains point je suis entièrement d’accord.

    • Comme j’ai pu le dire avant, j’ai discuté avec la gérante de Follow the White Rabbit et elle-même admet ne pas être dans la légalité.
      Elle ne fabrique pas ses tissus, elle les achète. Ces tissus ne sont pas achetés à un grossiste qui autorise l’usage commercial de ceux-ci mais bien à des magasins dont les produits sont destinés à être utilisés à titre personnel uniquement. Les motifs et autres dessins de ces tissus sont protégés, on ne peut pas faire ce que l’on veut avec sans avoir l’autorisation (et carrément signer un contrat) des ayant-droits qui aimeraient beaucoup toucher des royalties sur ce type de produit.

      Il faut voir la réalité en face. La contrefaçon, c’est de la contrefaçon, point. Les créateurs professionnels doivent faire l’effort de ne pas tomber dans l’illégalité, ce n’est pas aux clients de souffrir de ça.

      Sachez qu’acheter de la contrefaçon est interdit et vous pouvez être poursuivi si vous en détenez. Il n’y a donc aucune excuse pour un professionnel dont la vente de ce type de produit est son activité principale et qui a conscience des problèmes qu’il peut avoir.

      Bien sûr rien n’empêche les gens à aller voir les stands marqués « Danger » mais ils ont le droit de savoir que ces stands pros ont des soucis de régularisation de leurs produits.

      • Aleks

        Je sais qu’elle dessine et fait imprimer ses tissus (Peut-être pas pour la totalité mais pour la grande majorité par exemple ce pull est dessiné par ses soins : http://www.bunnykawaii.com/boutique/product.php?id_product=1507 ) *Et je ne vais pas faire une liste de tous ses dessins car elle en a fait énormément, mais en voyant un de ses dessins on reconnait ensuite sa « patte »*

        En tout cas je trouve ça vraiment dur pour une créatrice comme elle qui mets tout son coeur dans ses créations, se lève l’âme chaque jour et essaye de vivre de sa passion…De s’en sortir en utilisant ses petites mains… Voir que seulement quelques pièces lui valent la peine de se faire afficher ainsi comme un bandit……. Je pense qu’il y a vraiment 2 poids 2 mesures à afficher.

        C’est très dur de gagner sa vie actuellement, et quand y’en a qui se démènent à faire des créations originales (Le monde de la création est un monde de brutes aussi faut pas oublier, je passe les détails) , il suffit qu’on ai fait l’erreur de mettre 2 personnages et un bout de tissu acheté surement même sans arrière pensée, pour que vous soyez « insulté ». En gardant à l’esprit bien sûr que ce n’est pas la ligne directrice de la boutique…… L’erreur est humaine………

        Le mot « DANGER » est je pense un petit peu abusif dans ce cas là.
        On ne peux pas comparer une créatrice qui a 95% de son stock HANDMADE (Et le peu d’articles utilisant une licence, réalisés en créations uniques, de façon original, et d’une bonne qualité, la licence se fondant dans une création, ne rendant pas la licence l’objet premier de la création….) , et une boutique chinoise qui a 100% de contrefaçons, d’une qualité médiocre de plus! Des produits achetés, bref là y’a un million d’arguments que j’aimerais sortir mais ça commence à être long je pense qu’on a compris ce que j’essaye de dire.
        Et puis je pourrais parler aussi pendant des heures de ce sujet en bifurquant sur ce problème aussi à l’étranger ou aussi comparer cela à la misère du monde, ou encore dire que y’a encore des gens qui se démènent plutôt que de vivre sur le dos des aides sociales et que y’a des gens qui sont la pour les enterrer.

        L’humanité est si compliqué!

        Enfin voilà je ne réagirais plus à cet article.
        Je ne viendrais plus sur ce blog non plus d’ailleurs.
        Je tiens seulement à préciser que je comprends bien le pourquoi du comment et j’ai bien conscience du but de cet article mais visiblement la personne qui l’a construit est trop sectaire pour que je m’y intéresse de nouveau.

        Bonne continuation, en espérant peut-être un peu plus de pragmatisme.

        • Face à la loi, il n’y a pas « deux poids deux mesures », soit une créa est originale, soit elle enfreint le droit. Je comprends la difficulté de vivre des artistes et créateurs étant très concernée par la question. Cependant, justifier « un peu » la contre-façon lui permet de continuer et de prospérer.

          Si les clients veulent des produits de licence et qu’ils sont prêt à acheter à pas cher des produits illégaux, ils s’exposent à des poursuites. Les nourrir de produits illégaux ne va pas aider à promouvoir les créa originales, au contraire.

          Quand les auteurs pensent se servir du système pour survivre, ils se tirent une balle dans le pied. Et, n’oublions jamais que derrière la contre-façon se dissimule la mafia.

          En effet, mettre dans « le même panier » des boutiques ouvertement frauduleuses et d’autres qui mélangent originaux et contre-façon peut sembler choquant. Sauf que, quand un créateur fait aussi de la contre-façon, il oublie un effet pervers : mécaniquement, tout ce qui vend se trouve douteux. En associant contre-façon et produit originaux, il brouille la donne et rend la quête de l’achat légal encore plus difficile !

          Cette blogueuse, que je découvre aujourd’hui, a fait gratuitement et bénévolement un boulot digne d’un journaliste d’investigation. Et, en tant qu’ancienne rédac chef de mag manga (il y a trèèès longtemps) je suis très admirative de son implication et aussi du soin apporter à son enquête.

  3. Julie

    Bonjour, il y a des stands « amateurs » qui sont passés dans les mailles du filet du « danger » alors qu’ils font de la licence ……….. Je ne donnerais pas de noms mais je trouve ça dégueulasse que certains soit épargnés alors que d’autres sont affichés! Il faudrait voir de faire son article comme il faut pour pouvoir balancer des choses pareilles?

    D’ailleurs je ne sais pas si ce ne serait pas considéré comme de la délation tout ça…………

    • Si vous aviez lu l’article vous auriez vu que je n’ai pas estimé le taux de dangerosité des stands amateurs (ils ont un statut à part).
      J’ai mis à jour l’article pour expliquer le pourquoi de ce statut.

  4. Bravo… punaise mais quel boulot !! Je suis sur le c**. Voilà des années que je dénonce le truc dans mes comptes rendus de la Japan Expo mais je suis une petite joueuse face à cet masse de travail.
    Vraiment, je trouve que c’est une mine d’or ! Il est important que les fans comprennent que la contre-façon c’est 1) privé les artistes qui ont crées de revenus (même quand c’est des grosses sociétés d’ayant-droit) et 2) filer concrètement du fric à la mafia avec toute ce que ça a de plus glamour (traite d’humains, travail d’enfant, absence de sécurité dans les conditions de travail, toxicité des produits, problématique écologique…).

    Oui, il est parfois difficile à admettre qu’acheter un goodies hello kitty en fimo ou en plastique est de la contre-façon. Pourtant, si ce n’est pas de la parodie (comme tu l’expliques si bien – je m’autorise le tutoiement ^^) c’est illégal. Combien de stand chez les amateurs et jeunes créa (les mettre dans le mec sac est pertinent) se contentent d’acheter en gros des bidouilles de chine pour les monter alors que d’autres se cassent la nénette à fabriquer de A à Z leurs produits.

    Cette année, la vague ou plutot le tsunami pokemon était partout….
    Ton article est vraiment vraiment vraiment (je pourrais encore en mettre une brouette) important car il explique et éduque. C’est un merveilleux outil pour s’y retrouver et je trouve que les commentaires aussi montrent l’étendu du problème et de sa complexité. Merci !

  5. Pingback: Japan Expo 2017 : Annulée pour abus de confiance et contrefaçons (peut-être) | Quel imbroglio !

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s