Archives de Tag: Tranche de vie

Le paradis des chattes : NEKOPARA vol.1

sample_60fb30e144cad61175241a7a410bdf54Aaaah j’adore les chattes

 

Je suis une EOP, English Only Peasant. Cela signifie que je fais partie d’une espèce fortement en hausse ces dernières années parmi les lecteurs de visual novels. Contrairement aux lecteurs pouvant se contenter des œuvres en version originale, nous autres sommes obligés de vivre dans la famine, dans l’attente insoutenable d’un VN traduit par des amateurs. Amateurs dont le passe-temps est de stalker des sites de doujins entre deux lignes traduites. Oh, évidemment, on croise de temps à autres des EVN, English Visual Novels, des VN écrits en anglais et pour la plupart du temps 100 % occidentaux. Ils sont d’ailleurs considérés majoritairement blasphématoires face aux glorieux jeux nippons qui nous atteindront (peut-être) un jour.

Toute cette attente… pour quoi au final ? Un visual novel censuré, mal traduit, moche, tout simplement mauvais. L’EOP moyen vit une partie de sa vie dans la douleur, obligé de lire un VN auquel il n’aurait jamais dénié jeter un œil en temps normal (mais comme il fait partie des rares élus à bénéficier d’une traduction, le lecteur doit l’accueillir comme il se doit). Depuis des années, notre monde fonctionne ainsi, et nous apprenons tous à vivre dans la pauvreté et le désespoir.

Et NEKOPARA arriva.

Lire la suite

6 Commentaires

Classé dans Reviews, Visual Novels

Dossier : la communauté française de visual novels – (1/?)

17146 copy

Un VN français classique.

 

Ah ! La France… Quel beau pays ! Sa culture, ses villes, ses campagnes… On est tellement bien en France ! Oui mais voilà, le visual novel a décidé qu’il était temps qu’il fasse sa place chez nous, et ce média peu connu a réussi à conquérir le cœur de quelques centaines Français. Ceux-ci ont voulu partager leur amour via différents moyens : la création, la traduction, les sites d’actualité et les sites de critiques.

On s’attardera particulièrement à la communication des différents projets francophones. Il était donc temps que quelqu’un parle de ce qu’a donné le VN en France aujourd’hui. Vu que j’aime me faire du mal, j’ai recensé tous les projets possibles qui ont existé jusqu’à présent (ou presque) et je vais donner un avis juste et objectif (on y croit…) dans ce dossier en quatre parties (et en x articles…).

 

Chapitre 1 : Créations

 

Vous devez penser qu’il est très simple de trouver les VN écrits en français, voire même tous les projets en cours en plus de ceux terminés. Eh bien je vais vous prouver que non ! Commençons donc par tâter la création de visual novels français, et plus particulièrement des VN en français ET créés par des Français, que je classerai en en trois catégories (oui, encore des catégories…) : les projets finis, les projets en cours et… les inclassables. L’ordre des VN sera purement aléatoire. Simple, non ? Alors, allons-y. Préparez-vous à un dossier absolument colossal. Au programme d’aujourd’hui : Kare wa Kanojo (NSFW).

Lire la suite

13 Commentaires

Classé dans Dossiers

Je double des eroge à 16 ans et j’aime ça (ou Koe de Oshigoto!)

Et si tout le monde devenait doubleurs de jeux érotiques ?

« Le Japon est l’un des pays les plus sûrs du monde »… nous annonce Tourisme-japon.fr. En effet, le taux de criminalité y est l’un des plus bas. Vous vous dites, « mais quel est le rapport ? ». C’est tout simple. N’est-il pas étonnant que, dans un pays aussi sûr, des jeux (ainsi que d’autres médias) malsains, vulgaires et dégueulasses sortent à tout va ? Rappelons-le, le Japon abrite depuis 2001 la compagnie Illusion qui est spécialisée en jeux 3D érotiques. Bien sûr, ce n’est qu’une compagnie parmi des centaines d’autres. J’aimerais soulever une question plus ou moins intéressante : pourquoi le Japon autorise la vente de ces jeux ? Tout en sachant que certains impliquent du viol, de l’esclavage (entre autre), de la prostitution et autres joyeusetés. Je ne peux pas l’affirmer, mais je pense qu’en France (ou aux Etats-Unis), ce genre de jeux seraient tout simplement bannis. Je reviens sur mes toutes premières remarques, comme quoi le Japon est un pays très sûr. En effet, la plupart des gens se diraient que ce type de jeux serait mauvais pour la santé mentale de celui qui y joue. Exemple : un jeu parlant de viol et « prônant » celui-ci inciterait le joueur (de plus de 18 ans je rappelle, comme toujours) à réaliser ses « fantasmes » dans la réalité. Dans ce cas, pourquoi n’est-ce pas le chaos au Japon quand on sait que ces jeux sont libres à la vente ? Je pense que c’est une question réellement intéressante à aborder, mais que je ne vais pas traiter dans son intégralité au risque de faire un total hors-sujet. Disons, tout simplement, que le Japon autorise légalement la vente de jeux « immoraux » dont certaines féministes un peu partout dans le monde se sont déjà mêlées au point d’annuler la vente d’un d’entre eux.

Lire la suite

4 Commentaires

Classé dans Anime, Manga, Reviews

Amagami SS : l’art d’adapter un dating sim en un mauvais anime

Voici les six choses que le protagoniste sans personnalité devra draguer.

Le genre du dating sim est connu pour être un art japonais maitrisé depuis la création des premiers jeux vidéo. Rappelons tout d’abord en quoi cela consiste : dans dating sim, il y a tout d’abord dating (qu’on peut traduire par « sortir avec quelqu’un ») et sim (simulation donc). Les jeux de ce genre vous permettent donc de choisir parmi un catalogue la personne que vous souhaitez draguer et plus si affinité. Pour se faire, vous devez généralement vous balader sur une carte moche désignant votre ville, votre région, votre planète et vous balader pour éventuellement rencontrer la fille de vos rêves (ben oui, moi je rencontre le grand amour tous les jours au Macdo du coin, c’est réaliste). Mais ce n’est pas aussi simple ! Il faut également s’amuser à augmenter nos propres statistiques (Beauté, intelligence, chance, muscle, niaiserie) qui vont nous permettre de créer notre « personnalité » (un gros mot dans ce genre de jeu) et de draguer la fille de nos rêves (un sprite moche). À ne pas confondre avec les eroge (« erotic game ») qui désignent tout jeu contenant du contenu indécent. Un dating sim n’en contient pas forcément (et oui, il y a des gens qui veulent une histoire d’amour pure et insouciante, si si).

Lire la suite

3 Commentaires

Classé dans Anime, Reviews